Parents Naturellement

Allaitement : stop, c’en est trop!

Je n’avais pas prévu de commencer mon blog par un article aussi engagé. J’avais prévu un article informatif sur les différents bienfaits de l’allaitement, trop souvent méconnus, pour la maman et le bébé. Mais l’actualité en a décidé autrement, ironiquement, avec cet article paru dans Libération le 3 février : « Allaitement, cessons de culpabiliser les femmes ». L’auteure dénonce une « culpabilisation permanente » pour les femmes qui choisissent de donner le biberon, suite à la publication de différents articles dans la presse ventant les bienfaits du lait maternel sur la santé des bébés, faisant part des dernières découvertes scientifiques dans le domaine. Elle lance même une pétition en bas de page : « car l’allaitement au sein ou au biberon doit rester un choix personnel », qui compte déjà plus de 1000 signatures.

Et là, je ne pouvais pas me taire. Sérieusement, de qui se moque-t-on ?
Il ne faudrait plus publier d’articles informatifs sur les bienfaits du lait maternel pour ne pas culpabiliser les femmes ayant fait le choix de ne pas allaiter. Si l’on suit cette logique, alors il ne faudrait plus publier d’études dénonçant les méfaits de la cigarette sur la santé, au risque de culpabiliser les fumeurs ? Nier les bénéfices du sport sur la santé, pour ne pas culpabiliser les sédentaires ? Et pour nos enfants, ne plus parler du méfait des écrans ou des conservateurs dans les plats préparés ? Faire l’autruche, c’est ça la solution ?

Les femmes ont le choix, en effet. Et quel qu’il soit, il doit être respecté. Mais il est illusoire de croire et scandaleux d’affirmer que ce choix n’a aucun impact sur la santé de leur bébé. Car c’est ce qu’induit l’article. Que du lait de vache modifié ou du lait maternel, peu importe. Qu’il s’agit juste d’une manière de nourrir son enfant. Je cite : « Les progrès permettent à celles qui le souhaitent de ne pas allaiter au sein ». Ou encore : « On essaie de nous convaincre que notre choix met en danger la santé de nos enfants ».

Pour remettre les points sur les « i »:

Le lait humain est biologiquement le plus adapté aux besoins du bébé humain, c’est une vérité indéniable.
L’OMS dit : « Pour que sa croissance, son développement et sa santé soient optimaux, le nourrisson doit être exclusivement nourri au sein pendant les six premiers mois de sa vie ». Et ensuite de recommander de continuer d’allaiter en complément d’une alimentation diversifiée jusqu’aux deux ans de l’enfant au moins. En 2005, le ministère français de la santé publie : « Malgré l’amélioration de la qualité des laits infantiles, la composition nutritionnelle et l’apport en substances biologiques du lait maternel ne peuvent être reproduits. Aucun autre lait que le lait d’une mère ne peut s’adapter de façon permanente aux besoins du nourrisson en croissance. L’effet bénéfique pour la santé du nourrisson, largement reconnu dans les pays où les conditions économiques et d’hygiène demeurent précaires, est également prouvé dans les pays industrialisés ».

Il est scientifiquement prouvé que les bébés allaités sont moins malades : moins sujets aux otites (trois fois moins !), aux maladies gastro-intestinales (deux à trois fois moins !), et aux maladies respiratoires comme la bronchiolite et la pneumonie. Qu’ils ont deux à trois fois moins de risque de succomber à la mort subite du nourrisson (c’est un facteur reconnu contrairement à ce que prétend l’article : les bébés allaités passent moins de temps en sommeil profond et plus de temps en sommeil actif, ce qui réduit le risque). Qu’ils sont moins sujets au reflux gastro-œsophagien. Que l’allaitement exclusif pendant quelques mois protège à long terme de maladies chroniques comme le diabète de type 1 et 2, la maladie cœliaque, la sclérose en plaques, et même de certains cancers tels que la leucémie. Qu’il protège des allergies, de l’appendicite aigüe, des caries et de l’obésité. Que l’allaitement permet un développement optimal du cerveau et du système nerveux, et que les enfants qui ont été allaités ont de meilleurs résultats aux tests d’intelligence que les autres. Que les enfants allaités auront moins de problèmes orthodontiques que les autres.

L’article induit que dans nos chers pays développés, il n’y a pas de conséquences. C’est faux, c’est de la désinformation. Les conséquences sont moins graves, mais elles existent tout de même. Les nourrissons ne mourront pas de leur diarrhée, ils seront « juste » hospitalisés. Ce n’est pas rien pour un bébé d’être hospitalisé, ni pour ses parents. Une simulation réalisée en France en 2005 estimait que si la proportion d’enfants allaités y était la même qu’en Norvège, on éviterait chaque année 1000 hospitalisations et 8000 cas de diarrhées à rotavirus. Les bienfaits à long terme cités plus haut concernent tout autant les pays développés. Et c’est sans parler de la sécurité affective, du réconfort inégalable qu’apporte une tétée à un nourrisson.

Alors oui, allaiter fait une réelle différence, même chez nous. Mais CHUT, il ne faut pas le dire, au risque d’en froisser certaines. Tant pis pour celles qui auraient pu se laisser tenter, et tant pis pour leurs bébés ! Chacune fait ses choix selon ses valeurs, ses priorités, ses contraintes. Mais les futures mamans n’ont -elles pas le droit de faire un choix éclairé ? N’est-ce pas cela, la vraie liberté de la femme ? De pouvoir faire un choix en toute connaissance de cause, que l’on pourra donc assumer par la suite ? Combien de femmes n’allaitent pas par manque d’information et de soutien? Combien sont découragées avant même d’avoir commencé ? Combien savent qu’avec un bon accompagnement, à moins de quelques très rares problèmes de santé, la totalité des femmes est capable d’allaiter? Combien pensent au besoin physiologique du bébé de téter le sein de sa mère, pour manger mais également pour se réconforter ? Forcément, si l’on ne parle que des potentiels problèmes (crevasses, douleurs, engorgements), ça ne fait pas très envie ! Personnellement, je ne remercierai jamais assez mes amies allaitantes, l’Association de La Leche League et l’hôpital « ami des bébé » où j’ai accouché de m’avoir convaincue des bienfaits de l’allaitement et de m’avoir donné la motivation et les conseils qui m’ont permis de m’accrocher les toutes premières semaines qui sont les plus difficiles ! Allaiter mon fils est une expérience merveilleuse, cela aurait été bien dommage pour nous deux de passer à côté !

Enfin, ce qui me choque dans cet article, c’est qu’on parle du biberon comme d’un « choix socialement difficile à assumer ». Vraiment? Il me semble que c’est plutôt l’inverse ! Quelles mamans doivent faire face à des regards désapprobateurs lorsqu’elles nourrissent leurs bébés à l’extérieur ? Certainement pas celles qui donnent le biberon… D’ailleurs, les témoignages de mamans expulsées d’un lieu public pour avoir allaité leur bébé sont nombreux ! Quel objet est le plus utilisé pour représenter un bébé? Que boivent les bébés dans les magazines de puéricultures ou dans les livres pour enfants ? Quels accessoires sont fournis avec les poupées des petites filles ? Des biberons ! Les femmes qui allaitent plus de six mois doivent régulièrement faire face à des remarques telles que « Quoi, tu l’allaites encore ? » « Tu comptes arrêter quand » « Il va rester collé à toi ! » « Il faudra bien le passer au biberon !» ou pire « c’est égoïste, tu l’empêches de grandir, et de toutes façons ton lait n’est plus nourrissant à son âge »/ « c’est incestueux ». Pour qui est la pression sociale ? Et combien de femmes, par manque d’un accompagnement efficace du personnel de la maternité, n’ont pas réussi à allaiter ? Ou ont dû sevrer leur bébé trop précocement, la mort dans l’âme, sur les mauvais conseils de leur médecin/à cause de la pression de l’entourage/à cause d’un ultimatum de la crèche/à cause d’un employeur refusant d’accorder les pauses légales d’allaitement? Et qui se soucie de leur douleur, puisque de toutes façons, « sein ou biberon, c’est pareil » ?

Alors chers journalistes, merci de sensibiliser le grand public aux bienfaits de l’allaitement, de contribuer à sa normalisation dans l’inconscient collectif. D’aider les futures mamans à faire un choix éclairé concernant l’alimentation de leur bébé. Ces articles informatifs ne forcent personne à allaiter. L’indignation et la culpabilité ressentie par certaines femmes qui n’assument pas leur choix relève de leurs problèmes personnels.

Sources:

La Leche League, L’Art de l’allaitement maternel, 2015

Dr William Sears, Etre parent la nuit aussi, Ligue La Leche, 2006

OMS, Recommandations de l’OMS en matière d’alimentation du nourrisson : www.who.int/nutrition/topics/infantfeeding_recommendation/fr/

OMS, Alimentation du nourrisson et du jeune enfant, 2015 : www.who.int/mediacentre/factsheets/fs342/fr/

Manger Bouger, Allaitement maternel  : www.mangerbouger.fr/pro/sante/agir-20/informer-et-accompagner-ses-patients/allaitement-maternel.html

La Leche League,  L’allaitement et la santé des enfants: www.lllfrance.org/vous-informer/fonds-documentaire/allaiter-aujourd-hui-extraits/1108

25 réflexions sur “Allaitement : stop, c’en est trop!

  1. Claire dit :

    Merci pour cet article très bien écrit.
    J’allaite toujours ma fille qui a maintenant 19 mois. Malheureusement ma fille enchaine les otites à répétition depuis son entrée en crèche (à 9 mois). Et nous a fais 3 gastro dont une fois celle a rotavirus qui nous a valu 4 jours d’hospitalisation. Mais quand elle est malade, elle tète toujours c’est la seule chose qu’elle prend. Je ne sais pas comment je ferais sans l’allaitement!

  2. Natalia Itabayana dit :

    Par manque d’information et de soutien du personnel de la maternité, j’ai failli abandonné l’allaitement au bout de quelques jours. Je suis sortie de là avec une indication de vout de sein en silicone, ce qui a pû entraîner le sevrage précoce de mon petit à cause de la confusion sein-tétine, dont on entend même pas parler. Mais au bout d’un mois et de nombreux essais pour qu’il arrive à prendre le sein sans ce truc, nous avons réussi avec l’aide de ma sage-femme. Il y a pourtant un point sur lequel il faut viser lorsqu’on parle d’allaitement: l’industrie du lait, qui a créée les mythes infondés et certainement a lancé cette histoire de culpabiliser les mamans. C’est aux stratégies de marketing inescrupuleuses qu’il faut pointer le doit. Car les belles boîtes remplies d’échantillons de produits pour bébé, y compris bibs – interdits par la loi de les distribuer en maternité comme ça – on sort les bras remplies. Les solutions magiques du personnel mal formé qui peuvent mettre à risque le souhait d’allaiter, y en marre. Nous sommes à presque 12 mois d’allaitement grâce aux groupes de soutien à l’allaitement sur facebook, aux blogs dédiés au sujet, aux orientations sur le site de l’OMS (le document est long, mais bien écrit et, en plus, fait référence à des recherches à jour) et au soutien inconditionnel du papa à la maison. Je suis entièrement d’accord que il y a jugement, mais des deux côtés. Il y a jugement sur n’importe quel choix que la femme fasse, et c’est ça qu’il faut arrêter.

    • Floriane dit :

      Merci beaucoup pour ce témoignage et cette réflexion très pertinente ! Clairement l’industrie du lait infantile a une grosse part de responsabilité… Bravo pour votre persévérance et vos 12 mois d’allaitement !

  3. Petitjean dit :

    Laissons chaque femme choisir!!!
    Mince alors ça concerne la maman et pas la famille les medias etc…
    Merci pr ce témoignage qui fera du bien à ttes les mamans depressives suite à cette culpabilité

  4. Faure Lysiane dit :

    Merci pour cet article qui fait chaud au coeur, je l’ai mis sur la page FB de l’AFCL, il a été lu par 11000 personnes !

  5. Trost dit :

    Bonjour, je respecte votre point de vue mais il me semble que vous ne soyez pas très objective car vous allaitez et ce que vous dites peux être mal vécu pour une mère qui choisit de ne pas allaiter !!! Je suis moi-même maman et de plus professionnelle de la petite enfance (auxiliaire de puériculture) !!! Beaucoup de choses me choque sur l’allaitement et ce n’est pas le fait d’allaiter car chacune doit pouvoir suivre son choix, non c’est le discours qui me gêne !!! Lors de ma formation j’ai eu droit à l’intervention d’une sage-femme pro-allaitement qui s’est tout de même permise de comparer les laits infantils et Malboro !!! Il ne faut tout de même pas exagérer !!! En temps que mère, qui peut me certifier que le lait maternel ne contient pas les pesticides, les conservateurs, la pollution et autres choses que je respire et que je mange parfois sans même le savoir !!!
    J’ai moi-même été allaité 6 mois, je suis allergique aux pollens, aux fruits crus, aux oléagineux, à la biafine et à certains médicaments !!! J’ai eu otite sur otite et j’ai souvent été malade !!! Ma fille de 5 ans n’a pas été allaité, elle n’a jamais eu d’otite, est rarement malade et n’est allergique à rienotre pour l’instant !!!
    Alors qui croire ???

    Arrêtons de fustiger les mères quelque soit leur choix, ne les jugeons pas !!! N’oublions pas que l’OMS préconise et n’oblige pas !!! J’ai été en stage dans une maternité et je peux vous dire que les jugements de valeut sont parfois honteux concernant les mères qui n’allaitent pas, j’en au été victime moi-même !!! C’est très violent !!! Et je suis désolé mais on est pas une mauvaise mère quand on n’allaite pas et il ne faut pas tout croire, avec le nombre de produits chimiques avec lesquels nous sommes en contact, permettez-moi d’avoir des doutes sur la composition parfaite du lait maternel, même si je suis bien consciente que le lait infantile n’est pas parfait non plus !!! Chacune choisi en connaissance de cause et personne ne doit juger ni faire peur !!!

    Voici ma contribution au débat en temps que mère et professionnelle !!!
    Je n’ai pas allaité ma fille et enceinte actuellement je n’allaiterai pas la 2eme non plus pour des raisons qui me sont propre et je ne vois pas en quoi ça regarde les autres mamans et même l’OMS !!!
    Merci de respecter mon choix mûrement réfléchi !!!
    Cordialement Deborah TROST

    • corinnebensoussan dit :

      Bon Jour Déborah,

      En tant que professionnelle, vous n’êtes donc pas sans savoir , que l’OMS, préconise des mesures de santé publiques optimales, votre choix de ne pas allaiter c’est votre droit le plus absolu, cependant cela regarde l’OMS, qui vise a une santé optimale pour tous, et aussi pour les bébés, parce que ils ont aussi le recul nécéssaire pour dire aujourd’hui que les laits industriels ne couvrent pas les besoins optimaux des bébés et des enfants.

      Bonne journée

      • Floriane dit :

        Je trouve votre discours dangereux de la part d’une « professionnelle ». Vous avez le choix de ne pas allaiter, c’est votre choix, et personne n’a à vous le reprocher. Mais vous niez les bénéfices réels de l’allaitement, vous niez la composition idéale du lait maternel, et là, pour un avis donné « de la part d’une professionnelle », c’est scandaleux.
        Oui le lait maternel est altéré par la pollution environnementale (tout comme le lait de vache !!!), il reste néanmoins le meilleur. Le bébé, dans le ventre de sa maman, subit également cette pollution. On ne va pas pourtant dire qu’il serait mieux dans un utérus artificiel… ?! Ce raisonnement est absurde.
        Je vous invite à lire ces articles sur le sujet :
        http://www.lllfrance.org/vous-informer/fonds-documentaire/allaiter-aujourd-hui-extraits/1113
        http://www.lllfrance.org/1421-allaitement-et-environnement

          • Faure Lysiane dit :

            La Léche league est la référence mondiale en allaitement grâce à son comité scientifique. Le fait qu’elle soit militante n’y change rien.

          • Floriane dit :

            Les sources citées sont elles-même basées sur des études fiables, des avis de médecins reconnus etc. Donc je ne vois pas pourquoi ces arguments ne seraient pas recevables. Ce n’est pas parce que la Leche League fait la promotion de l’allaitement qu’elle raconte n’importe quoi 😉

      • Lili dit :

        Ce qui me choque, c’est que ce soit une professionnelle de la petite enfance qui me sorte des idioties pareilles ! Il manquerait plus que vous me disiez que vous fumiez 5 cigarettes par jour et que vous buviez un petit verre de temps en temps, parce que c’est pas grave, au vu de votre discours je vous croirai sur parole !
        Tout ce que vous faites avec votre message, c’est de vous ôter la culpabilité que vous ressentez de ne pas avoir fait ce pour quoi nous sommes faites naturellement ! Mais non, c’est mieux de violer des vaches, leur retirer leur petit veau pour donner du lait absolument pas fait pour votre nourrisson ! On est dans une belle société qui nous a retourné le cerveau avec brio ! Y a un moment faut appeler un chat un chat ! Vous n’avez pas voulu allaiter votre enfant, soit ! Mais à ce moment-là vous devez assumer de ne pas l’avoir fait et dignement car sincèrement à force y en a un peu ras le bol que ce soit l’hôpital qui se foute de la charité !
        Faisons culpabiliser les femmes allaitantes bah oui, on est dans quel monde ? Ah oui dans le monde de la femme objet, les seins c’est pour le mari pas pour le bébé c’est connu….ça me désole tellement. On fait chacune des choix dans la vie, à nous de les assumer pleinement et d’arrêter de se trouver des excuses complètement bidons afin de se sentir mieux le soir en allant se coucher ! A bon entendeur !

  6. roy dit :

    Je suis enceinte de 6 mois, et on me dit déjà « tu vas allaiter? au moins 15 jours-3 semaines, il le faut, mais je te préviens, ca fait très mal!!!! »…ah bah super, c’est motivant…. Aucune sage-femme ne m’en a encore parlé, rien….
    …Je me suis toujours dit que le jour ou j’aurais un enfant je l’allaiterais… De plus, ayant vécu plus de 10 ans en Polynesie, ou les femmes allaitent partout, tout le temps, sans le moindre regard de travers(quel choc rentrée en France, de voir a quel point ca gêne/agresse les gens de voir une femme allaiter son enfant), je voyais cà comme une evidence… Mais c’est vrai qu’en France, on vous culpabilise, on vous fait peur, et on vous dirige vers le bib…. Et je dois avouer que je commencais a me laisser faire, surtout a cause de la peur….. Un article comme le votre me réconcillie avec mes premieres envies….

    • corinnebensoussan dit :

      Bon Jour  » Roy »,

      N’écoutez pas ce que les gens disent , ils ne parlent que de frustrations et d’angoisses, les leurs alors lâcher prise, faites vous offrir le bouquin de Marie Thirion sur l’allaitement et parlez en quand vous serez informée, vous verrez toute cela sera plus doux et simple, je vous souhaite une belle grossesse avec votre bébé en devenir ;

      Belle journée

    • Floriane dit :

      Merci pour ce témoignage ! Il donne (encore plus !) envie de vivre en Polynésie 😉 Oh non vraiment, ce serait tellement dommage de se laisser décourager par les autres ! Si cela peut vous re-motiver, je n’ai rencontré aucune difficulté pour la mise en place de mon allaitement, j’ai eu la chance d’accoucher dans une maternité avec des sages femmes au top, très bien formées (label « hôpital ami des bébés) :) L’accompagnement et la préparation sont vraiment importants. Je me permets de vous rediriger vers mes articles de conseils pour le démarrage de l’allaitement :
      http://parents-naturellement.com/allaitement-erreurs-eviter/
      http://parents-naturellement.com/preparer-allaitement/

      Bonne fin de grossesse, et un merveilleux allaitement <3 !

  7. Notsil dit :

    Je n’ai pas allaité, par choix, alors oui forcément j’ai pris quelques remarques « comment, mais tu ne veux pas le meilleur pour ton enfant ?? », mais finalement bien moins que toutes mes amies à allaitement long (au biberon c’est les 1ères semaines / mois, en allaitement c’est dès 4-6 mois et jusqu’à la fin : le fameux « comment, tu l’allaites ENCORE ?? » comme si c’était un drame…).
    Le souci c’est que toutes les jeunes mamans se mangent des commentaires désobligeants sur leur façon de faire.. que ce soit de la famille, du personnel médical (pas forcément dit méchamment car ils sont professionnels, mais des petits sous-entendus parfois)…. difficile de faire la part des choses quand on manque de sommeil, qu’on a la chute d’hormones à gérer, ce bouleversement du quotidien, et qu’on souhaite « faire au mieux » ! Tant de pression :)
    Je crois qu’il faut vraiment lâcher prise, s’informer, varier les points de vue… difficile aussi avec un travail parfois prenant. Bref, se faire confiance, essayer de ne jamais regretter ses choix ^^

  8. C-O dit :

    Dieu a conçu les vaches pour nourrir les hommes. Heureusement qu’il a bien fait son job car, dans le cas contraire, on aurait jamais pu survivre, c’est une certitude !

    Plus sérieusement, bien évidemment que les laits industriels sont de véritables poisons. C’est scientifiquement prouvé depuis la nuit des temps. Ceux qui choisissent ce mode d’alimentation doivent assumer en connaissance de cause, c’est tout. De plus, ils ne doivent pas confondre notre héritage culturel (la consommation du lait d’un autre animal en est un, et c’est loin d’être nouveau) avec les lois de la nature. Il n’y a pas de jugements à porter sur les choix que nous faisons. L’essentiel est d’assumer les choix et d’assurer une posture honnête sur le plan intellectuel.

Laisser un commentaire