allaiter-un-bambin

Allaiter un bambin

Mon fils a un peu plus de 18 mois, je peux donc dire maintenant que j’allaite un bambin. Chose que je n’aurais pas imaginé faire avant sa naissance. Chose que j’admets avoir trouvée par le passé plus ou moins étrange. C’était un acte que je ne comprenais tout simplement pas. Maintenant que j’y suis, cela me paraît si naturel ! Et je ne pourrais pas m’imaginer faire autrement ! En fait, je pense qu’il faut le vivre pour vraiment le comprendre. Ce lien unique entre la maman et son bébé évolue doucement au fil de l’allaitement. On ne se retrouve pas du jour au lendemain à « allaiter un bambin » !

Alors, c’est comment, d’allaiter un bambin ? Une chose est sûre, c’est très différent d’allaiter un nouveau-né !

allaiter-un-bambin

Tétée de juillet dernier (15 mois)

En ce qui me concerne, allaiter mon bambin, c’est :

  • Le voir marcher vers moi avec un sourire jusqu’aux oreilles en disant « Maman, tétée ! », ou encore « A tétée » ( = « la tétée ») !
  • Le voir rigoler de bonheur lorsque je lui réponds « ok, viens téter ».
  • L’entendre parfois murmurer doucement, dans un demi-sommeil, « A téter ». 😉
  • Le sentir, juste après une tétée, enrouler ses bras autour de mon cou et poser délicatement sa joue contre la mienne pour un gros câlin, comme pour me dire « merci de ce beau moment » !
  • L’entendre dire « mmmm» (comme dans « mmm c’est bon ! ») juste après une tétée !
  • Le voir pointer du doigt ma poitrine, ou poser doucement sa main dessus, tout sourire, en disant « néné » !
  • Me retrouver parfois à allaiter dans des positions plus ou moins abracadabrantes !
  • Souvent me retrouver avec une petite main dans le décolleté pendant la tétée !
  • Toujours détenir LE remède efficace à presque à 100% en cas de gros chagrin (notamment en cas de chute au sol), le réconfort ultime !
  • Encore et toujours ces échanges de regards complices en cours de tétées.
  • Des câlins à n’en plus finir !

Du côté « pratique », allaiter mon bambin, c’est :

  • Pouvoir m’absenter sans devoir lui laisser du lait : il mange de tout et s’en passe très bien en mon absence ! Je n’ai pas vu l’ombre d’un tire-lait depuis 10 mois je crois !
  • À ce stade de l’allaitement, les problèmes de fuites son finis depuis belle lurette !
  • Terminées les inquiétudes au sujet du maintien de la lactation, qui est si bien lancée qu’il faudrait vraiment arrêter d’allaiter des jours, voire des semaines pour risquer une baisse significative.
  • Pouvoir allaiter discrètement extrêmement facilement : il a grandi, plus grand-chose ne dépasse !
  • Ne pas m’inquiéter si pour une raison ou une autre, pendant un ou plusieurs jours il ne mange rien. Il a toujours de mon lait et reçoit donc malgré tout de bons nutriments.
  • Être certaine à 100% de lui donner le lait le plus adapté à ses besoins.
  • Avoir un bambin en pleine santé, presque jamais malade (le dernier rhume remonte à plus de 6 mois !).
  • Avoir toujours un en-cas 100% bio et sain sur moi. Pas de panique si on est à l’extérieur et qu’on a oublié la collation ! 😉
  • Constater qu’il est maintenant possible de « négocier » les tétées : si je lui dis qu’il aura sa tétée juste après qu’on ait terminé ce qu’on est en train de faire, il est capable d’attendre tranquillement (je ne dis pas que ça fonctionne à tous les coups !). Je peux maintenant prendre le temps de m’installer à mon aise pour la tétée, il a compris que j’allais lui donner et patiente sans un mot (ce qui change du petit bébé tout agité !).

Pour ne rien vous cacher, allaiter mon bambin, c’est aussi :

  • Toujours allaiter la nuit (non que ce soit mal vécu, vive le cododo !).
  • Vivre avec l’incompréhension de plus en plus grande de certains membres de l’entourage et du corps médical.
  • La traversée d’un épisode très difficile de morsures pendant une poussée dentaire (notons qu’un bambin a plus de dents qu’un bébé de 6 mois !).
  • Pendant certaines périodes (poussées dentaires aussi notamment), devoir contenir cette  petite main baladeuse pendant les tétées (vive le collier d’allaitement !).
  • Traverser de temps en temps des périodes un peu envahissantes où l’envie de téter devient très fréquente !
  • M’être sentie parfois un peu gênée à l’extérieur quand il plongeait sa main dans mon décolleté sans crier gare, ou qu’il se mettait à tirer sur mon t-shirt parce qu’il voulait téter (mais il est tout à fait possible d’y remédier avec des petites explications).

En allaitant mon bambin, j’ai quelques fois eu envie de tout arrêter, et la seconde d’après, souhaité que ça ne s’arrête jamais.

Allaiter mon bambin, c’est surtout une expérience exceptionnelle dont je veux profiter pleinement, un bonheur immense et des instants magiques dont je me souviendrai toute ma vie ! ❤️

Je serais ravie de lire les ressentis des autres mamans qui allaitent de manière  » prolongée  » ! N’hésitez pas à les raconter en commentaire ! :)

11 réflexions sur “Allaiter un bambin

  1. Anne-Aëlle dit :

    Je suis totalement d’accord avec toi sur le fait qu’il faut le vivre pour le comprendre, ça se fait au fur et à mesure, sans l’avoir imaginer, et naturellement finalement.
    Bon part contre bon moi il se passe de mon lait une demi journée, mais pas plus, c’est un téteur compulsif! 😉

    • Floriane dit :

      Merci pour ton commentaire ! :) Tu veux dire que si tu t’absentes une journée entière il demande quand même de ton lait ? Arf, le tire-lait t’accompagne toujours alors :/ Le miens est un grand téteur aussi en ce moment, mais si je ne suis pas là c’est différent (après c’est vrai que ça n’arrive que très rarement)…

    • Floriane dit :

      Ah ça ce n’est pas de chance :( Elle est en collectivité? Les bébés allaités se remettent plus vite de leurs maladies, les anticorps présents dans ton lait ont dû bien l’aider à se remettre à chaque fois. :) Bonne continuation dans cet allaitement ! :)

  2. cendy roussel dit :

    J ai allaité tous mes enfants mais la 4eme bien plus que les autres….. 5 ans !!!! Nous ressentions toutes les deux ce besoin. Elle exprimait clairement son besoin de prendre une tétée le soir pour être «contre maman». Elle frottait lentement ma peau et s’imprégnait de mon odeur avant d aller se coucher. Pour elle, tout était clair et limpide. Elle arrêterait pour ses 5 ans. Chose faite. Deux mois après, maman attend a nouveau un bébé ! Et oui ! Le petit Eli vient de «boucler la boucle» !!!! C est le dernier qui est arrivé ce 14 février et qui….. prend aussi le sein de maman ! Quel bonheur de vivre cela….

  3. élodie dit :

    whaouuu… merci pour ce témoignage… ces témoignages !… J’en ai les larmes au yeux. Cela fait un bien fou de les lire, dans cette société où l’on est toujours un peu regardé de travers et vite jugé sur l’allaitement d’un bambin (même pas ses proches) !

    Ma fille va avoir 21 mois et je l’allaite encore au moins 5 fois par jour.
    Je ne pensai pas arriver jusque là, je n’aimais pas vraiment cette image (avant d’avoir un enfant) d’un enfant qui marche, au sein de sa mère… mais en effet, en étant maintenant maman, ma vision a complètement changé.
    J’avoue également qu’il m’arrive d’être fatiguée et d’être à bout de ces tétées, certaines nocturnes, d’avoir envie d’arrêter…
    Argh… mais quand les mots magiques “tétées” ou “encore” (pour passer à l’autre sein ;)) sortent de sa bouche, quand le sourire apparaît lorsqu’on lui dit “oui”, rien n’est + beau !
    Et l’allaitement reste aussi ce remède “miracle” contre les bobos, les grosses larmes de crocodile et le besoin de réconfort…

    Mon rêve le plus cher à ce sujet : que ma fille cesse d’elle-même les tétées… (mais pas trop tard, hein ?!)

    • Floriane dit :

      Merci à toi aussi pour ce partage ! :)
      « mais quand les mots magiques “tétées” ou “encore” (pour passer à l’autre sein ;)) sortent de sa bouche, quand le sourire apparaît lorsqu’on lui dit “oui”, rien n’est + beau ! »
      Oh je vois exactement ce que tu veux dire, c’est pareil ici ! Ce rire de bonheur quand je lui dit « OK » pour une tétée 😉 Pour passer à l’autre sein, ici c’est « autre côté » 😉 .
      Et quand parfois l’allaitement me pèse un peu, en général il se passe peu de temps avant qu’il ne rit de bonheur avant une tétée, et alors je me dis « oh que si ça vaut le coup, oh que non je ne suis pas prête à arrêter ! 😉 ).
      Pour les nuits, courage, mon fils ne tète plus du tout la plupart des nuits maintenant, c’est vraiment venu de lui (mais nous sommes toujours en cododo).
      Au plaisir d’échanger à nouveau :)

Laisser un commentaire