Faire manger des légumes aux enfants

Faire manger des légumes aux enfants : 5 conseils pratiques

Conseils pratiques et astuces pour faire manger des légumes aux enfants.

Lorsque l’on parle d’accompagnement de l’enfant lors des repas, le problème de l’enfant qui ne mange pas ou peu de légumes est l’un des plus fréquents. Nombreux sont les parents qui se sentent démunis par de tels comportements. Comment faire manger des légumes aux enfants, en toute bienveillance ? Comment les encourager efficacement sans les forcer ?

Dans cet article, je vous livre 5 pistes pratiques, en espérant qu’elles vous soient utiles !

NE JAMAIS FORCER LES ENFANTS À MANGER DES LÉGUMES (ni chantage, ni menaces)

Je commence par une notion capitale : ne jamais forcer l’enfant à manger.

Quand l’enfant refuse de manger des légumes, il est tentant d’insister, voire d’avoir recours aux menaces ou au chantage (tu auras ton dessert lorsque tu auras mangé tes légumes/tu pourras sortir de table quand tu auras mangé tes légumes, etc).

L’intention derrière est bonne, le parent souhaite simplement le meilleur pour son enfant, veut prendre soin de sa santé. Le problème, c’est que cela est totalement contreproductif.

En forçant l’enfant à manger ses légumes, on associe dans son esprit les légumes à une expérience désagréable, voire très difficile. Cette association risque fort de rester à très long terme. Je connais par exemple une personne de soixantaine d’années qui déteste les poireaux, au point qu’elle n’en supporte même pas l’odeur : si l’on cuisine des poireaux près d’elle, elle change de pièce. Pourquoi ? Parce que toute son enfance, ses parents l’ont forcé à en manger… Soixante ans plus tard, elle en est toujours là ! Voilà une conséquence classique de ce type de « méthodes » : elles peuvent créer de véritables blocages avec la nourriture. Ce qui compte le plus, ce n’est pas les quelques légumes que nos enfants vont avaler maintenant parce qu’on les aura forcé. Le plus important, ce sont tous ceux qu’ils mangeront plus tard, leur vie durant. Et pour qu’ils aient envie d’en manger plus tard, il faut qu’ils les associent à des moments de plaisir. Ce ne pourra être le cas s’ils ont dû les manger de force pendant des années…

Et au-delà de ça, il est aussi important de prendre conscience que forcer l’enfant à manger constitue une forme de violence éducative ordinaire. Aimerions-nous que l’on nous oblige à manger quelque chose qui ne nous fait pas envie voire nous dégoûte ? Nous sentirions-nous respecté(e) en tant que personne si c’était le cas ? Non, alors pourquoi le faire subir aux enfants sous prétexte que ce sont des enfants ?

MANGER DES LÉGUMES DEVANT LES ENFANTS

Cela paraît peut être « bête » ou évident, mais nous ne pouvons demander à nos enfants de manger des légumes si nous n’en mangeons pas nous-mêmes !

Lors de séjours chez des proches, il est arrivé qu’on me propose des haricots verts pour mon P’tit Loup en alternative au plat général que les adultes allaient manger, sous prétexte que les enfants « doivent manger leurs légumes ». J’ai toujours décliné cette proposition, aussi attentionnée soit elle. Mon P’tit Loup n’est pas très fan des haricots verts, alors si je lui en sers, il me semble que la moindre des choses soit que j’en mange aussi avec lui, sinon il n’y aura aucune chance qu’il ne les mange ni même les goûte… Surtout, il ne comprendrait pas pourquoi lui devrait en manger et personne d’autre ! Outre le fait que servir des légumes aux enfants qui voient les adultes se régaler d’autre chose me semble adultiste, je craindrais de renvoyer le message à mon fils que les légumes ne sont pas assez « bons » pour que les adultes en mangent aussi…

Alors qu’au contraire, montrer l’exemple est un outil extrêmement puissant !

Maria Montessori expliquait que de 0 à 6 ans, l’enfant est doté d’un « esprit absorbant ». C’est-à-dire que tout ce qu’il observe autour de lui s’imprègne profondément dans son esprit. Et c’est tout naturellement qu’il le reproduira ensuite. C’est pourquoi la pédagogie Montessori insiste tant sur l’importance de l’environnement qui entoure l’enfant, et l’importance de la posture de l’adulte, qui par son attitude montre le chemin à l’enfant.

Si un enfant voit tous les jours ses parents manger des légumes avec plaisir, il lui sera plus facile de faire de même : d’une part car cela sera inscrit dans sa normalité quotidienne (on mange tous les jours des légumes, c’est normal), et d’autre part cela lui donnera plus envie (les enfants apprennent par imitation, ne l’oublions pas).

PROPOSER DES LÉGUMES À CHAQUE REPAS (ou presque
😅 ) ET LAISSER LES ENFANT EN DISPOSER

Dans la même logique, il me semble important de proposer des légumes à chaque repas, que l’enfant les mange ou non. Parce que même s’il ne les mange pas, à force de les voir et de voir ses parents en manger, ces légumes lui seront familiers. Et si on ne l’a pas forcé, viendra peut-être un jour où il voudra de lui-même en manger. Je vous assure que c’est possible, je viens de le vivre avec mon P’tit Loup ! Cela faisait bien 2 ans qu’il boudait les petits pois. Et il y a quelques jours, alors qu’il me voyait en cuisiner, il en a piqué un dans le plat pour le goûter, du haut de sa tour d’observation. Il a trouvé ça plutôt bon mais a dit qu’il ne sentait pas assez le goût, et que pour mieux sentir il faudrait goûter une cuillère entière. Alors bien sûr je lui ai servi, il a aimé et m’a demandé un bol ! A table, il a non seulement fini son bol, et en a repris 2 fois. Et à la fin du repas, il m’a demandé d’en refaire bientôt ! Je n’y croyais pas mes yeux ni mes oreilles… Comme quoi, en proposant sans forcer, on peut avoir de très belles surprises !

Et si ce jour ne vient pas, s’il refuse toujours tel ou tel légume au fil du temps, à mon sens c’est OK et il est important de l’accepter aussi. Je n’aime pas le maïs depuis petite. Peut être qu’un jour cela changera, peut être que non. En attendant, j’apprécie qu’on ne me demande pas de manger du maïs à chaque fois qu’il y en a sur la table ! 😅 Mon fils adore les oignons et déteste les carottes, ma fille adore les carottes  et déteste les oignons, c’est ainsi depuis longtemps. Je le sais et je l’accepte : ce sont leurs goûts, ils font partie de leurs personnalités !

AGRÉMENTER LES LÉGUMES AVEC DES ÉPICES POUR PLUS DE SAVEURS

On a tendance à penser que les enfants ne peuvent pas manger d’épices. C’est faux : le sel pause problème au niveau santé, les épices, aucun ! On a aussi tendance à penser que les enfants ne vont pas les aimer et qu’il vaut mieux leur servir leurs légumes nature. Pourtant, il n’y a pas de raison particulière à cela, et de nombreux enfants aiment les épices douces (et même moins douces parfois, ma fille n’a pas de problème avec un peu piment !), surtout si elles ont été proposées très tôt, dès la diversification alimentaire. (D’ailleurs, si la maman mange elle-même des épices, le bébé/bambin allaités aura d’autant plus de chances d’apprécier les plats épicés puisqu’il aura été familiarisé à ces saveurs via le lait maternel). Bien sûr que cela dépendra des enfants, mais il peut être intéressant d’essayer !

Les épices sont intéressantes parce qu’elles permettent de donner plus de saveur aux légumes tout en préservant la santé. Mon P’tit Loup adore la fondue de poireaux au curry, pourtant les poireaux nature c’est autre chose… Agrémenter avec des épices pour plus de saveurs peut être un bon moyen d’aider les enfants à apprécier certains légumes !

Chez nous, notre combo gagnant est le lait de coco au curry, au cumin ou au curcuma.

Si vous cherchez des idées de recettes pour agrémenter vos légumes, je vous propose de télécharger mon dossier « Accompagner son enfant lors des repas » : j’y ai inclus 10 fiches recettes pour encourager les enfants à manger des légumes.

CLIQUEZ ICI POUR TÉLÉCHARGER LE DOSSIER

FAIRE PARTICIPER LES ENFANTS À LA PRÉPARATION DES LÉGUMES

Les enfants ont tendance à être méfiants vis-à-vis des aliments qu’ils découvrent pour la première fois. En fait, il y a là une explication logique : il s’agit d’un réflexe de protection naturel pour éviter qu’ils ne mangent des choses dangereuses qu’ils trouveraient dans la nature… S’ils vivaient en pleine nature, Dame Nature ne voudrait pas qu’ils s’empoisonnent avec un champignon vénéneux…

Du coup, si un nouvel aliment leur est ne serait-ce qu’un petit peu familier, ils auront plus de chances d’avoir envie de le goûter. C’est pour cela qu’il est très intéressant d’impliquer au maximum les enfants dans la préparation des repas.

Pour cela, on peut les emmener au marché ou à la supérette pour en acheter par exemple. Ou encore mieux si c’est possible : aller les cueillir dans un endroit pratiquant la libre cueillette, ou encore dans son potager pour ceux qui ont la chance d’en avoir un !

De retour à la maison, on peut leur proposer de nous aider à sortir les légumes des sacs et à les ranger dans les placards, en les nommant au passage. Les tout petits de 2-3 ans aiment beaucoup cela en général !

On peut bien sûr les inviter à nous aider à cuisiner : éplucher les légumes, les laver, programmer le robot culinaire pour les mixer…

De cette manière, quand l’enfant découvre ce légume dans son assiette, celui-ci lui est déjà familier, et il sera plus enclin à le goûter et à l’apprécier.

***

J’espère que cet article vous aura apporté des éclairages et pistes intéressantes à appliquer dans votre quotidien.

Pour aller plus loin sur ce thème, je vous invite à télécharger mon dossier spécial « Accompagner son enfant lors des repas ». Il est gratuit, et si vous rencontrez des difficultés lors des repas de votre enfant, il devrait grandement vous aider !

Ce dossier contient :

  • Des informations pour mieux comprendre l’enfant qui ne mange pas, et adopter la juste posture.
  • Des conseils pratiques pour gérer avec bienveillance certains problèmes de comportements récurrents lors des repas.
  • 10 fiches recettes pour encourager son enfant à manger des légumes.

CLIQUEZ ICI POUR RECEVOIR LE DOSSIER

Crédit photo : Photo de Jeremy Keith, Licence Creative Commons

VOUS AVEZ FAIM, MAIS VOS ENFANTS NON ?

Inscrivez-vous a cette  merveilleuse newsletter  et retrouvez la serenitee.

2 réflexions sur “Faire manger des légumes aux enfants : 5 conseils pratiques

  1. Maëliss Layeux dit :

    Merci pour cet article.

    J’ai aussi remarqué à quel point les enfants évoluent dans leurs goûts! L’un déteste tel fruit et puis l’adore… Je suis convaincue que plus nous les laissons rester au plus près de leurs sensations et au plus il suivront leur besoins. Je suis toujours impressionnée à quel point mes enfants raffolent d’un fruit ou d’un légume pendant un temps… puis ne savent plus le voir en peinture pendant longtemps!

    J’ai remarqué aussi que quand un de mes enfants refuse un repas en disant, c’est pas bon (sans avoir goûter), si je lui dit. « L’aspect ne te fais pas envie. Parfois un aliment ne nous plait pas visuellement, puis on le goûte et on trouve ça bon. ». Rien que cela, mon enfant goutte plus volontiers!

    • Floriane dit :

      Merci pour ton commentaire ! Oui je partage cette conviction !
      J’ai constaté la même chose avec mes enfants ^^
      J’ai ton approche pour encourager l’enfant à goûter, merci pour ton partage !

Laisser un commentaire