activités de vie pratique Montessori

Nos activités de vie pratique et aménagements Montessori

activités de vie pratique Montessori

astuces pour encourager l’autonomie de son enfant au quotidien

« N’aidez jamais un enfant à faire une tâche qu’il se sent capable d’accomplir seul »

Maria Montessori

Je l’ai déjà évoqué à plusieurs reprises, contrairement à ce que l’on pourrait croire, le petit enfant ADORE aider et participer aux tâches de la vie quotidienne. Lui proposer des petites tâches à sa portée lorsque l’occasion se présente est une formidable façon de lui faire découvrir son environnement, de l’inclure dans la vie de la famille, de lui permettre d’apprendre des gestes précis, concrets et utiles tout en exerçant sa motricité fine et globale, de le rendre plus autonome et de le responsabiliser. Et puis, il faut bien l’admettre, il est bien plus agréable de réaliser une tâche quotidienne en compagnie d’un enfant occupé, concentré et enthousiaste, plutôt que de tenter tant bien que mal de réaliser cette même tâche à toute vitesse en essayant de le faire patienter alors qu’il demande frénétiquement de l’attention (et n’en a que faire de ses jouets) ! Au lieu d’essayer d’occuper son enfant à autre chose, ce type d’activités donne l’occasion de passer un moment privilégié avec lui ! :)

Maria Montessori insistait sur l’importance de proposer des activités de vie pratique aux enfants. Elle expliquait que celles-ci répondent à un véritable besoin chez eux :

« Pendant cette période, il imite les actes de ceux qui l’entourent, non parce que quelqu’un lui dit de le faire, mais par une nécessité intime ».

Maria Montessori, L’esprit absorbant de l’enfant.

Les tout-petits de ses écoles étaient invités à mettre le couvert, prendre soin des plantes, nettoyer les vitres… Aujourd’hui, les crèches et école appliquant la pédagogie Montessori mettent un point d’honneur à proposer ce type d’activités, et donnent des retours très positifs concernant l’enthousiasme des enfants, leur autonomisation, et leurs apprentissages.

Ici, c’est à partir des 14-15 mois de notre P’tit Loup que nous avons commencé tout doucement à lui proposer de réaliser certains gestes du quotidien seul, pour son plus grand bonheur ! Peu après ses 18 mois (âge auquel il a marché), nous avons ressenti qu’il était temps de passer à l’étape supérieure et lui avons aménagé des petits espaces à sa hauteur dans les différentes pièces de la maison afin de pouvoir l’impliquer davantage. Il en a été très heureux et nous aussi, et encore aujourd’hui nous continuons d’adapter ces aménagements lorsque cela s’avère nécessaire.

J’avais envie de partager avec vous notre expérience, qui j’espère pourra vous être utile ! Voici donc un petit inventaire de ce que nous avons mis en place, tant du côté des aménagements que du côté des activités de vie pratique.

DANS LA CHAMBRE

Participer lors du change

Autour de ses 14-15 mois, mon P’tit Loup s’est mis à refuser catégoriquement le change en position allongée. Nous nous sommes donc adaptés en le changeant debout, à l’aide de couches d’apprentissage. Nous en profitions pour lui proposer de participer au maximum : en y mettant lui-même sa jambe par exemple. Nous lui avons également proposé de jeter sa couche à la poubelle, et il s’est exécuté avec beaucoup d’enthousiasme ! (L’air de rien, c’est un vrai exercice à cet âge : il faut ouvrir la poubelle, prendre la couche pour l’y mettre, puis la fermer ^^). C’en est devenu une petite routine amusante au moment du change :) .

S’habiller/se déshabiller

J’essaie d’être au maximum à l’écoute de mon P’tit Loup au moment de l’habillage, pour ne pas faire mécaniquement à sa place des choses qu’il pourrait faire seul (et il y a parfois des ratés 😉 ). En ce moment, il prend de l’autonomie pour mettre ses t-shirt, c’est donc ce qu’il préfère ! Il y passe seul sa tête (pour lui faciliter la tâche je lui présente le t-shirt le col écarté, et dans le bon sens, prêt à être enfilé), puis passe ses bras dans les manches que j’écarte un peu au besoin, et déroule son t-shirt sur son ventre. Cela a l’air de rien pour nous, mais pour un enfant de cet âge, c’est un travail énorme ! Il insère lui-même ses jambes dans son pantalon que je tiens devant lui, et le remonte en partie. Je dois terminer pour lui car il ne parvient pas encore à le remonter entièrement tout seul, mais peu importe, c’est le processus qui compte :) .

Je suis la même logique lorsqu’il se déshabille.

Une fois qu’il est habillé, je lui propose de venir se regarder dans petit miroir que nous avons installé sur son armoire : il adore se voir « tout prêt » !

Mettre ses vêtements dans le panier à linge

Depuis ses 15 mois, il met seul ses vêtements dans son panier à linge. Il aime beaucoup ! :)

Choisir sa tenue de la journée

Depuis peu, je propose toujours à mon P’tit Loup de choisir sa tenue de la journée parmi deux tenues que « reconstitue » à plat sur le lit. Il adore, et clairement cela constitue une source de motivation pour les jours où il est retissant à s’habiller ! L’étape suivante serait de lui aménager des étagères à sa hauteur pour qu’il puisse venir se servir lui-même. Je suis en train d’y travailler, en essayant de faire en sorte que les vêtements soient rangés de manière claire et logique afin qu’il puisse s’y retrouver. Je prévois de lui coller des petites étiquettes pour lui indiquer quelle pile correspond à quel vêtement. Mais honnêtement, pour l’instant, je ne le sens pas encore prêt à affronter un tel choix, je ne pense pas non plus qu’il parviendrait à extraire le short qu’il a décidé de mettre sans tout mettre par terre… Il existe des petites penderies pour enfant qui pourraient faciliter grandement la tâche, mais pour l’instant nous n’avons malheureusement pas la place d’en installer une. Par ailleurs, j’avoue que j’attache encore trop d’importance à ce que ses tenues soient un minimum assorties pour le laisser décider de tout, je ne parviens pas encore à lâcher prise (il faudra bien pourtant ^^) ! Pour ces raisons, je préfère pour le moment lui présélectionner ses deux tenues ! :)

DANS LA CUISINE

S’installer seul pour manger

Cela paraît tout « bête », mais c’est la base de l’autonomie lors des repas ! On a souvent tendance à installer les enfants dans des chaises hautes ou des rehausseurs jusqu’à un âge avancé, et du coup ils sont dépendant de l’adulte pour y monter comme pour y descendre. Mon P’tit Loup avait 18 mois lorsque nous avons changé la configuration de sa chaise évolutive Tripp Trapp pour qu’il puisse y monter et en descendre seul, et honnêtement, je regrette que nous ne l’ayons pas fait plus tôt ! Il en aurait fort probablement été capable quelques mois plus tôt, mais nous n’y pensions pas, nous l’installions en configuration « chaise haute » par automatisme… Peut-être aussi qu’au fond nous craignions qu’il ne risque de tomber… Alors que dès qu’on a essayé, il gérait super bien ! Encore un exemple qui montre que nous avons trop souvent tendance à sous-estimer nos enfants dans leur capacité à faire seul ! 😉

Voici la fameuse chaise, nous en sommes vraiment très contents !

Une autre configuration permettant à l’enfant de s’installer seul à table est de lui installer une petite table et une petite chaise à sa taille. C’est ce que préconisait Maria Montessori. Mais honnêtement, je n’aimerais pas qu’il mange seul juste pour cette raison. Je préfère nettement que nous partagions le repas tous les trois à la même table, afin d’en faire un moment familial et convivial. C’est pour cela que je trouve que ce type de chaises évolutives constituent une solution idéale :) .

Manger et boire seul

Rien que le repas en lui-même constitue un ensemble d’excellents exercices de vie pratique pour les tout-petits si on les laisse gérer seuls !

  • Apprendre à manger seul

Pour ce qui est de manger seul, mon P’tit Loup ayant été diversifié en DME, nous n’avons pas eu de transition à faire (il a toujours mangé en totale autonomie, en attrapant les morceaux puis en les portant à sa bouche : nous ne l’avons jamais nourri à la cuillère).

Je ne peux que recommander cette approche de la diversification, que j’ai déjà évoquée ici. Pour les bébés diversifiés de manière traditionnelle, il est tout à fait possible d’adopter une approche similaire dès qu’ils commencent à manger des morceaux : au lieu de leur mettre directement les morceaux dans la bouche, on peut tout à fait leur proposer une jolie assiette de différents morceaux faciles à attraper et à mâcher qu’ils puissent piocher et manger de manière autonome ! En général, vers 1 an, les bébés manifestent l’envie de manger seul : je pense qu’il est important de les laisser faire, même si c’est salissant ! Le jeu en vaut la chandelle ! 😉 (En insistant pour les nourrir, on entrave leurs apprentissages, on bride leur autonomie, et il pourra être beaucoup plus difficile de les faire manger seuls par la suite, une fois que l’envie et la motivation leur seront passées…).

  • L’utilisation des ustensiles

Nous avons veillé à proposer à mon P’tit Loup des petits ustensiles adaptés à sa taille (mais en métal tout de même) dès qu’il a manifesté de l’intérêt pour les utiliser (il voulait nous piquer les nôtres, c’est un bon indice ! 😉 ). À partir de ses 8-9 mois, nous lui proposions des cuillères pré-remplies : nous remplissions sa cuillère de compote, la posions sur sa tablette, et il la portait seul à sa bouche. Nous avons procédé ainsi à jusqu’à ce qu’il soit capable de la remplir seul (au début, il s’agissait de la tremper dans le bol). Ce n’est que vers 14 mois que nous lui avons proposé la cuillère et la fourchette à tous les repas et qu’il a commencé à véritablement chercher à s’en servir à chaque fois. À 15 mois, il parvenait à manger seul les textures liquides, ainsi que le riz et autres petits morceaux à la cuillère. À cet âge, il nous demandait parfois de lui piquer des morceaux précis avec sa fourchette, puis la portait lui-même à sa bouche. Il parvenait parfois, rarement, à piquer certains morceaux lui-même. À 17 mois, la fourchette et la cuillère étaient parfaitement maîtrisées !

Concernant l’utilisation du couteau, mon P’tit Loup a traversé une forte « période sensible » autour de cet apprentissage à l’âge de 21 mois. Il adorait nous regarder couper nos aliments, et voulait nous imiter ! Nous avons donc mis à sa disposition son petit couteau à bout rond lors des repas, et il s’est empressé d’essayer de couper ses aliments seul. Nous lui avons montré le geste lentement à plusieurs reprise, lui proposions des aliments faciles à couper pour qu’il puisse s’exercer (vive la banane, l’avocat, les fruits bien mûrs ! 😉 ). Il a maîtrisé assez rapidement après ça !

(Je raconte notre expérience en détails afin de donner une bonne idée de l’approche à ceux dont les enfants sont plus petits, mais bien sûr chaque enfant a son propre rythme : ils ne progressent pas tous de la même manière, et c’est  bien normal ! :) ).

  • Apprendre à boire seul au verre

Nous lui avons toujours donné à boire au verre lors des repas : les bébés sont souvent capables de le faire dès l’âge de 6 mois ! Toujours dans l’esprit de la DME, nous l’avons laissé s’entraîner à boire seul au verre lorsqu’il avait 8-9 mois (ce qui nous a bien sur valu quelques accidents 😉 ). À 9 mois, il buvait seul au verre, parfois sans renverser, il gérait plutôt bien ! Et puis, nous sommes tombés dans le piège de la facilité : pour éviter de devoir le changer s’il renversait de l’eau, nous avons cédé plusieurs fois à la tentation de porter à nouveau le verre à sa bouche. Il s’est habitué, et a perdu la motivation de vouloir faire seul ! Autour de ses 1 an, nous avons réalisé notre erreur, avons senti qu’il pourrait très bien boire seul s’il y était un peu plus incité. Alors nous lui avons suggéré à plusieurs reprises, et finalement cela a fonctionné :) (Comme quoi, encore une fois, attention au piège de céder à la facilité de faire à la place de l’enfant !).

Cuisiner

Dès ses 15 mois environ, j’ai proposé à mon P’tit Loup très demandeur de « m’assister » lorsque je cuisinais. Par exemple, si j’épluchais des légumes, je l’installais assis à table à côté de moi, et lui donnais des petites missions très simples comme tremper les légumes épluchés dans un saladier rempli d’eau, mettre les épluchures dans un petit bol… Si je faisais une quiche, je le laissais battre les œufs un moment avec le fouet. Il était enchanté ! En grandissant, il a pu réaliser des tâches un peu plus complexes en cuisine, comme piquer la pâte à tarte avec sa petite fourchette par exemple. Chose qu’il adore toujours faire !

Lorsqu’il a eu 18 mois, nous lui avons construit sa Tour d’apprentissage, ce qui lui a permis de m’assister de la même manière également sur le comptoir de la cuisine. Par exemple, depuis, il verse les ingrédients dans notre robot culinaire, le met en route en appuyant sur les boutons, m’aide parfois à préparer le café…

Se préparer un en-cas

Lorsqu’il avait environ 22 mois, mon P’tit Loup parvenait à couper des aliments mous correctement (comme je l’ai expliqué). Du coup, j’ai commencé à partir de là à lui proposer parfois de  préparer lui-même son goûter.

Par exemple, pour son goûter « banane-coco », il lui arrive de couper lui-même sa banane en rondelles, et de la saupoudrer seul de noix de coco râpée (je lui prépare la coco râpée dans un petit bol séparé, et il la transvase à l’aide d’une petite cuillère).

Lorsqu’il mange de la purée de cajou, je lui propose de la tartiner lui-même (d’ailleurs, au départ, la demande est venue de lui ! ) .

Cela paraît tout bête, mais ce sont de formidables exercices de précision pour lui ! Alors, j’essaie de l’inviter à faire seul un maximum (parfois j’oublie, et c’est dommage !).

Je dois aussi préciser qu’il arrive parfois qu’il refuse ma proposition de se préparer seul son goûter, et dans ce cas-là, bien sûr, je le fais moi-même sans discuter. J’ai l’impression que dans ce cas, c’est pour le plaisir de se faire « dorloter », cela peut avoir une dimension affective aussi, et je ne veux pas l’en priver ! Je suis toujours la logique suivante : proposer et encourager oui, imposer, non ! Il faut que cela reste un plaisir ! :)

Se servir à boire

Peu après les 18 mois de mon P’tit Loup, nous avons commencé à lui proposer des activités consistant à verser de l’eau au pichet. Je vous en avais déjà parlé ici.

Maintenant qu’il maîtrise très bien ce geste, nous lui réservons une petite bouteille d’eau pour qu’il puisse se servir seul lors de repas. Il en est ravi ! Il doit d’apport dévisser le bouchon, ce qui constitue un exercice supplémentaire ! Nous lui installons également un verre et une petite bouteille d’eau sur un plateau, sur la table basse du salon pour qu’il puisse se servir à sa guise au cours de la journée.

Mettre le couvert

Lorsqu’il a eu 18 mois, nous avons aménagé une étagère basse d’un des placards de la cuisine spécialement pour la vaisselle de mon P’tit Loup. Nous y avons installé quelques assiettes, ses verres, ses couverts dans un petit gobelet, le tout toujours rangé de la même façon. À 18 mois donc, avec notre accompagnement, il a pu apprendre à mettre son couvert. Maintenant, à 2 ans, il le fait toujours de temps en temps, lorsqu’il est motivé (c’est loin d’être un automatisme, mais nous n’insistons pas : l’important est qu’il puisse le faire lorsqu’il en a envie :) ).

Je sais que dans certaines écoles ou crèches Montessori, ils dessinent les contours de la vaisselle sur les sets de tables des enfants afin qu’ils sachent exactement comment la placer. Je trouve l’idée excellente !

Vider le lave-vaisselle

Cela a été une très grande passion chez mon P’tit Loup pendant plusieurs mois ! Il sortait une à une les assiettes du lave-vaisselle et nous les donnait pour que nous les rangions. Forcément, c’est une activité un peu risquée concernant la vaisselle, mais finalement nous n’avons eu que très peu de casse : deux assiettes il me semble, c’est raisonnable ! ^^ Et surtout, c’est en manipulant de la véritable vaisselle que l’enfant apprend à y faire attention !

Trier les couverts

Au moment de ranger les couverts dans leurs compartiments, je propose systématiquement à mon P’tit Loup de le faire, et il s’exécute souvent avec beaucoup d’enthousiasme ! Cela constitue pour lui une formidable activité de tri, et en plus dans le cadre de la vie pratique, que demander de plus ! :) Une fois qu’il a terminé, il aime aller remettre le panier à couverts vide dans le lave vaisselle. L’activité est donc très complète puisqu’elle lui permet non seulement de se concentrer, mais l’incite également à se mettre en mouvement dans un but précis (Maria Montessori insistait sur ce point : la mise en mouvement du corps tout entier dans le cadre de gestes volontaires et structurés est très bénéfique pour l’enfant).

Je précise que bien évidemment, nous lui avons montré au préalable comment manipuler les couteaux sans se blesser, et que nous retirons les couteaux pointus ou très coupants du panier à couverts avant de le lui donner.

De mémoire, il me semble que nous avons commencé à lui proposer cette activité autour de ses 20 mois.

Débarrasser la table

Ces temps-ci, mon P’tit Loup n’a plus du tout d’intérêt pour vider le lave-vaisselle, par contre il aime de temps en temps aller y mettre directement sa vaisselle en fin de repas, comme nous ! :)

Faire la vaisselle

De temps en temps, lorsqu’il me voit faire la vaisselle, mon P’tit Loup manifeste l’envie de participer : je l’invite alors à me rejoindre à hauteur de l’évier en y plaçant sa tour d’apprentissage, lui fournis une assiette ou une petite planche, une éponge, et c’est parti ! Forcément il a tendance à mettre de l’eau partout, mais quel bonheur pour lui !

Ranger les courses

C’est quelque chose qu’il adore faire depuis qu’il sait marcher ! Lorsque nous rentrons des courses, il se jette sur les sacs pour nous aider à les ranger ! Il nous donne les paquets un à un, et si leur place de rangement est à sa hauteur, il est heureux de pouvoir effectuer ce rangement lui-même ! Je trouve cette activité très intéressante car elle constitue non seulement un bon exercice moteur, mais en plus elle permet d’enrichir le vocabulaire : en nommant le contenu des sacs au fur et à mesure qu’on les déballe, on lui permet d’assimiler efficacement et sans effort le nom des légumes, des fruits, du thé, du café, du riz, des pâtes, des épices, des produits ménagers,  etc.

DANS LA SALLE DE BAIN

Quand mon P’tit Loup avait 19 mois, nous lui avons aménagé un petit coin personnel dans la salle de bain pour qu’il puisse faire lui-même sa toilette :) .

Nous avons deux petites salles de bain aménagées très différemment. L’une d’elle est adjacente à notre chambre (à tous les trois), et plus difficilement accessible depuis la pièce principale, nous avons donc fait le choix d’aménager les deux.

Dans la première, qui n’a pas de baignoire, nous avons simplement installé une petite bassine, une savonnette sur un porte savon, un petit miroir, et son verre à dents avec brosse à dents et dentifrice. Voilà le rendu :

petit lavabo montessori

Nous suspendons une petite serviette de toilette à sa portée, sur le côté.

Dans la seconde salle de bain qui possède une baignoire, nous avons installé le petit lavabo Kiddy Wash prévu à cet effet. Il s’installe sur la baignoire, et c’est nickel !

petit lavabo montessori kiddy wash

Notre installation avec ce lavabo

Le lavabo comprend un espace pour poser le savon (pas besoin de porte savon ici).

Mon P’tit Loup étant encore très petit, donc il doit monter sur un petit marchepied pour accéder au lavabo. Le marchepieds est toujours installé juste devant, et cela se fait très bien :) .

Dans cette seconde salle de bain, nous avons également fixé un petit crochet au mur pour y suspendre sa serviette de toilette à sa hauteur afin qu’il puisse s’essuyer les mains et le visage en toute autonomie.

Pour info : Le marchepied et le crochet viennent d’Ikea.

Se laver les mains

J’ai montré à mon P’tit Loup comment se laver les mains, étape par étape :

  • Tremper ses mains
  • Frotter ses mains sur le savon
  • Frotter ses mains ensemble
  • Rincer ses mains en les trempant dans l’eau
  • Les essuyer sur la serviette

Je vous avoue que nous avons même une petite chanson qui récapitule tout cela, et qu’il aime encore chanter pendant qu’il se lave les mains 😉 .

Nous avons instauré des automatismes quant au moment de se laver les mains : juste avant de manger, juste après manger, et juste en rentrant à la maison après une sortie. Cela fonctionne plutôt bien, et il lui arrive souvent de passer à l’action avant qu’on ait eu besoin de le lui demander ! (Bon, il arrive parfois aussi qu’il faille le motiver parce qu’il n’a pas envie d’y aller, ne rêvons pas 😉 ).

Se laver les dents

Dès que mon P’tit Loup a manifesté de l’intérêt pour se brosser les dents seul, nous l’avons laissé faire, et nous repassions après lui pour parfaire le brossage.

Comme je l’ai dit, il a maintenant à sa disposition, sur chaque lavabo, un verre à dents avec sa brosse à dents et son dentifrice. Mais il préfère se laver les dents assis sur notre grand lavabo, alors pour l’instant c’est comme cela que nous procédons (il a traversé une phase où il n’avait plus du tout envie de se brosser les dents, et c’est ce que nous avons trouvé pour le motiver ^^. Maintenant que l’habitude est prise, il n’est pas facile de s’en défaire…).

Mais nous sommes en train d’instaurer un brossage de dents également le matin, sur le lavabo Kiddy Wash dans la salle de bain adjacente à notre chambre, et dans cette configuration-là il se brosse les dents debout, donc je pense que c’est comme cela que se fera la transition !

Se laver le visage

Mon P’tit Loup a à sa disposition, sur chaque petit lavabo, un petit gant de toilette pour enfant (il s’agit de ceux-ci, très pratiques car leur traille est adaptée aux petites mains !). Depuis peu, il fait sa petite toilette du visage tout seul : il met sa main dans le gant, le trempe dans l’eau, et se frotte le visage. Ensuite, il s’essuie avec sa serviette.

Se coiffer

Mon P’tit Loup a sa petite brosse à sa disposition, sur une étagère basse près de son armoire avec miroir. Il la prend lui-même pour se coiffer seul,  et je peaufine après lui :) .

DANS L’ENTRÉE

Sortir et ranger son manteau/bonnet/écharpe

Peu après les 18 mois de mon P’tit Loup, nous lui avons installé un porte manteau à sa taille dans notre entrée, afin qu’il puisse y accrocher son bonnet, son manteau et son écharpe tout seul.

Voilà le rendu :

aménagement entrée Montessori

Quand nous sortions, il attrapait son manteau (que nous l’aidions ensuite à enfiler en en faisant le moins possible en fonction de ses capacités), puis son bonnet, et son écharpe (que nous devions lui mettre).

Lorsque nous rentrions de balade, nous l’aidions à retirer son manteau (toujours en en faisant le moins possible), puis il l’accrochait lui-même sur le porte-manteau. Idem pour le bonnet et l’écharpe. Ce ne sont pas des tâches faciles, et au tout départ, nous le faisions pour lui. Mais il a vite manifesté l’envie et la motivation de s’exercer pour le faire seul, et après quelques semaines d’entraînement, il y est parvenu ! Nous lui donnions son manteau en le tenant par la capuche : c’était ainsi plus facile pour lui de l’accrocher en le suspendant par la capuche. Mais à la fin de l’hiver, il trouvait la capuche tout seul ! :)

Maintenant qu’il fait chaud, il s’agit juste d’accrocher son chapeau : il y a moins de travail en été ! 😉

Pour info : Le porte-manteau vient d’Ikea aussi (non que je veuille leur faire de la pub, mais il faut bien avouer qu’ils ont des super trucs pour les petits !).

Sortir et ranger ses chaussures

Un petit espace est dédié pour les chaussures de mon P’tit Loup sur une étagère basse du meuble de notre entrée. Ainsi, il sait ou les prendre et les ranger, et c’est toujours lui qui le fait.

Se chausser et se déchausser

Un autre petit marchepied (encore celui d’Ikea !) est à disposition de mon P’tit Loup dans le salon. Lorsque nous sortons, il a pris l’habitude d’aller le chercher pour s’y asseoir afin de mettre ses chaussures (et il va le ranger ensuite, il est toujours très sensible à l’ordre). Nous l’avons longtemps assisté dans cette tâche ambitieuse, toujours en en faisant le moins possible. Au départ, il ne faisait que mettre les velcros. Puis, il a réussi à terminer d’enfiler sa chaussure en tirant sur la petite languette au-dessus de son talon (bien pratique soit dit en passant !). L’étape suivante a été de mettre lui-même son pied dans la chaussure (pas évident du tout), et maintenant, il parvient à tout faire tout seul (c’est tout à fait récent) ! Il arrive même que je puisse faire autre chose en même temps !

Un petit enfant de 2 ans se chausse seul

Pour se déchausser, il va également chercher son marchepied. (Je précise qu’il est parvenu à se déchausser seul avant de parvenir à se chausser).

Je pense que là aussi, il faut vraiment être très vigilent à ne pas faire à la place de l’enfant s’il est capable de faire seul. Je me surprends encore parfois à lui mettre une chaussure sans y faire attention, avant de m’apercevoir de mon erreur ! Pendant un temps, il ne disait rien dans ces cas-là, et si je ne m’étais pas ressaisie, je ne pense pas qu’il se chausserait seul aujourd’hui ! Bon, maintenant, il y a tellement pris goût que si je commets cette erreur, il râle pour que j’enlève sa chaussure afin qu’il puisse la remettre lui-même : au moins, ça ne passe plus inaperçu ! 😉

SUR LA TERRASSE

Arroser les plantes

Mon P’tit Loup adore les activités qui se réalisent avec de l’eau, et avec les beaux jours, nous ne nous en privons pas ! Il nous aide à arroser les plantes sur la terrasse, et ce sont toujours de beaux moments !

Nous lui installons une bassine d’eau et un gobelet (il faut absolument que nous achetions un petit arrosoir !), qu’il remplit pour aller arroser les plantes une à une. Maintenant, il sait même qu’il doit arroser l’orchidée avec deux verres d’eau, et les autres plantes avec un seul 😉 .

Cette activité peut se proposer assez tôt : nous avions déjà commencé à l’automne dernier, autour des 18 mois de mon P’tit Loup, alors qu’il marchait à peine.

Là aussi, les nombreux allers-retours entre la bassine et les plantes permettent à l’enfant de se mettre en mouvement dans un but bien précis ! :)

Étendre le linge

Avec les beaux jours, mon P’tit Loup et moi adorons étendre le linge ensemble sur la terrasse !

Nous avons un petit étendoir qui est parfait pour sa taille. J’étends donc le linge sur le grand, et je lui donne des petites chaussettes à étendre sur le petit. Il est ravi ! Souvent, il se contente de s’exercer à fixer les pinces à linge sur le fil : c’est déjà en soi un vrai exercice de motricité fine !

activité de vie pratique montessori

Il lui arrive aussi de m’aider à remplir et vider la machine à laver : il le fait depuis ses 15 mois, cela fait partie des toutes premières activités de vie pratique que je lui ai proposées ! Au tout départ, je posais le petit panier à linge tout près de la machine pour qu’il puisse transférer le linge de l’un à l’autre. Puis, lorsqu’il a acquis la marche, il préférait aller se servir directement dans le grand panier à linge situé dans la chambre : tout prétexte pour faire de nombreux allers-retours est bon à prendre lorsque l’on commence à marcher ! 😉

Dans toute la maison !

Passer l’aspirateur

Mon P’tit Loup est un grand fan de cette activité depuis un bon moment ! À vrai dire, c’était déjà le cas avant qu’il ne marche ! Il passait l’aspirateur à quatre pattes, et il adorait ça ! Forcément, maintenant, c’est bien plus facile pour lui, et il ne s’en lasse pas ! J’ai du mal à passer l’aspirateur tranquille, je dois lui laisser de temps en temps 😉 . Il ne s’agit plus seulement de « faire semblant » : s’il y a des choses assez « grossières » à aspirer, il parvient à nettoyer efficacement (et c’est d’ailleurs bien plus intéressant  pour lui dans ce cas) ! (Non non je n’exploite pas mon fils, c’est lui qui est demandeur, promis 😉 ).

Une chose qu’il a beaucoup faite également, c’est passer le petit aspirateur de table directement au sol. Pendant une période, il demandait tous les jours ! Souvent, il était tellement absorbé qu’il usait la batterie jusqu’au bout !

Passer le balai

Nous avons acheté il y a peu ce kit de balayage : il s’agit d’un balai, d’une balayette et d’une pelle de tailles parfaitement adaptées pour les tout-petits. Et bien, je pense que c’est un excellent investissement ! Mon P’tit Loup a tout de suite adopté ses petits accessoires de ménage personnels, il adore ! Il est particulièrement fan de la balayette et de la pelle, et là aussi s’applique à ramasser « pour de vrai » puis à jeter dans la poubelle !

Voici ce que dit Emmanuelle Opezzo dans son livre Vivre la pensée Montessori à la maison, à propos du balai pour enfant :

« Un exemple de geste constructeur

Les enfants qui viennent d’acquérir la marche ont un goût prononcé pour le balai. Offrir à notre enfant un balai de petite taille est un succès assuré. Le jeune enfant est poussé de manière irrépressible à vouloir imiter les gestes des adultes. Au départ, il ne balaye pas pour nettoyer le sol, mais pour se mettre en mouvement. Par cette activité simple et répétitive, il commence à structurer ses mouvements, ses gestes ainsi que sa pensée logique.»

« Balayer/passer l’aspirateur requièrent l’utilisation de l’ensemble du corps dans des gestes simples, structurés et répétitifs ».

———-

C’est la fin de cet article, j’espère qu’il vous aura plu et vous aura donné des idées d’activités de vie pratique et d’aménagements pour encourager l’autonomie de vos bambins !

Je précise que j’ai trouvé un certain nombre d’idées citées dans les livres suivants, que je vous recommande de lire si vous souhaitez approfondir la question :

Et chez vous, quelles sont les activités de vie pratique à succès ? Je serais heureuse que vous me racontiez en commentaire ! :)

4 réflexions sur “Nos activités de vie pratique et aménagements Montessori

  1. Morgane dit :

    merci pour cette article :) il y a déjà beaucoup de choses parmi ce dont tu parles que Loïc fait seul (d’ailleurs ça me semble naturel ^^). Par contre notre maison est en plein travaux et on a une mini cuisine sans plan de travail alors pas facile (même pour moi pour cuisiner) alors le week end je me sers de la table du salon comme plan de travail et je le mets sur une chaise (pas encore de tour d’observation) comme ça il peut participer à la préparation avec moi. C’est une bonne idée la petite bouteille d’eau et le goûter banane/coco aussi (je lui fais banane/fruits de la passion ^^)
    Au final je suis contente il y a beaucoup de choses que je fais avec lui « instinctivement » ^^

    • Floriane dit :

      Effectivement c’est naturel je pense, après le problème c’est que souvent avec nos emplois du temps chargés on a tendance à faire machinalement à leur place pour aller plus vite. Super pour Loic, c’est que tu es bien à son écoute 😉 . Je trouve que la table basse est une super idée en remplacement de la tour, l’important est qu’il puisse participer 😉 (Pendant un temps je cuisinais le plus possible assise à table pour qu’il puisse participer, avant qu’il n’ait sa tour). On s’adapte comme on peut 😉 . Petite question HS : tu les présentes comment les bananes/fruits de la passion ? Merci ! :)

  2. Morgane dit :

    mince j’ai pas eu de notification comme quoi tu m’avais répondu !
    j’écrase la banane et je mélange les fruits de la passion dedans, comme une compote en fait ^^

Laisser un commentaire